Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2009 1 03 /08 /août /2009 15:28

Si le Palace-Agora, le Luminor, et plus tard le Crosly s'installent aux abords de la Grand-Place, le peuplement intensif de la rue Neuve et des boulevards centraux se poursuit assidûment. Le boulevard et ses confluents immédiats président à la naissance du Marivaux, de l'Eldorado, de la Scala (1929) et de l'Ambassador (1936) (deux théâtres convertis), du gigantesque Variétés et de divers cinémas d'actualités (Cinémonde, Cinéac, Cinémax...).

Le règne de Léopold II vit Bruxelles se doter de larges boulevards et d’avenues verdoyantes. Le Bourgmestre Anspach contribua à transformer le paysage urbain de la capitale par la réalisation de l’artère reliant la gare du Nord à la gare du Midi.

C’est précisément sur cette artère que l’Hôtel Le Plaza fut érigé ; il ouvrit ses portes en 1930. Michel Polak, à qui l’architecture fut confiée, s’inspira du style de l’Hôtel Georges V à Paris lui assurant par son ossature en béton une remarquable solidité. La façade fut habillée de pierres de France. L'intérieur de l'hôtel est conçu pour refléter les idées de clarté et de grandeur : hauts plafonds, larges couloirs, vaste hall en néo-Louis XVI, grandes chambres lumineuses, plusieurs salles de bain éclairées naturellement, cage d'escalier majestueuse jalonnant 8 étages, décorée de vitraux et bordée de rompes en fer forgé. Très vite, de nombreux hôtes prestigieux descendent à l'hôtel Plaza, ouvert en 1930, et qui devient l'un des symboles de l'hôtellerie bruxelloise de luxe.

Dès le projet de construction, il était prévu que la Plaza contienne une salle de cinéma de 1500 places décorée d’une façon originale et tout spécialement étudiée au point de vue de l’acoustique.

 

Le cinéma, qui s'est appelé « Churchill » de 44 à 49 en raison du séjour de ce personnage illustre dans l'hôtel, ne ferme qu'en 1985.  Il servira alors de magasin.

 

La salle sera classée en 1992 alors qu’elle était utilisée comme magasin de meubles avec le même nom enfin presque ; Plazza.

 

Après une parenthèse de vingt ans due aux grands travaux urbanistiques,  Le Plaza  renaît en 1996 sous l’impulsion de son propriétaire, le Baron van Gysel de Meise qui s’attache à restaurer le Palace tout en conservant son âme d’origine.

Dix ans après sa réouverture, le Plaza a retrouvé sa place de seul Palace privé.

Transformée en centre de congrès en 1997, la salle n’a que peu changé.  Le plancher a été surélevé et l’espace a été rendu modulable pour les besoins des congrès et autres événements.

 

L’élément remarquable de la réalisation de Polak est la salle de cinéma.  Le fait que la salle soit recouverte par les étages de l’hôtel imposait à l’architecte un certain nombre de contrainte et de précaution.

Il fallait rendre la salle complètement indépendante du reste de l’établissement pour ne pas nuire au repos des voyageurs..

L’entrée, modifiée depuis, se composait d’un vaste vestibule de 26m de long en 3 allées.  La forme de la salle, presqu’aussi large que profonde a pour but de permettre une audition parfaite.  Afin d’empecher les bruits de perturber les voyageurs, Polak construit une salle en matériaux légers et insonores à l’intérieur de la carcasse.

 

 

La place dont l'architecte dispose pour loger la salle ne lui permettant pas d'établir une scène profonde telle que celles utilisées alors pour les spectacles de Music-hall, les appareils d'émission sonore, placés derrière i'écran, sont munis d'un dispositif à éclipse permettant de les remonter rapidement dans les cintres de la scène de façon à gagner le plus de place possible pour les « sketches ».

Sans doute à l'instigation de Florent Schollaert, promoteur de tout le complexe hôtelier, influencé par la mode d'outre-Atlantique, la salle, répartie en un parterre et des balcons, est décorée dans un audacieux mélange stylistique qualifié de « hispano-Churriguerresque ».

 Inaugurée en 1931, la salle de cinéma du Plaza présente quelques analogies frappantes avec les salles de théâtre et de cinéma réalisées à New-York par ie groupe dirigé par Marcus Loew. Il en est ainsi de la salle de l'ancien « Loew's Theater » sur la 175ème Rue de New-York (Manhattan), ouverte un an plus tôt, qui présente un décor en fantaisie indo-mauresque, mélange stylistique s'inspirant du Pavillon Brighton et du Palais de l'Alhambra.

Le « Loew's Theater » faisait partie d'une vaste chaîne de cinémas dirigée par l'imprésario Marcus Loew. « Nous vendons des billets pour voir le cinéma et non le film » s'enorgueillissait ce dernier.

D'autres éléments décoratifs du cinéma Plaza évoquent !a décoration exotique et baroque du « Loew's Paradise Theater » de New York construit en 1929 par John Eberson pour le groupe Loew.  Le hall d'entrée présente un décor baroque et chinois, et les plafonds sont ornés de cariatides égyptiennes, de ciels étoilés ; les décorations murales sont très exotiques, utilisant le rouge et le doré à profusion.  Si un tel éclectisme semble extraordinaire de nos jours, il l'é­tait tout autant à l'époque de sa construction et reste un exemple unique en Belgique.

 

Le gala d’inauguration, le 3/12/1931, était placé sous patronage du journal « Le Soir » et présentait aux invités « Buster se marie » avec Buster Keaton.  La séance avait été animée par des danseurs de rumba et une incompréhensible panne de son.

 

Voici quelques superbes vues de la salle actuelle

 

Nom de la salle : Plaza

Adresse : bd . A. Max 118-120 à 1000 Bruxelles

Date d’ouverture  : 03/12/1931

Date de fermeture : 1985

Nombre de salles et de places :

1 salle avec 1 balcon, 934 places en parterre et 402 au balcon pour un total de 1306 places

Architecte :

Michel Polak et Alfred Hoch

 

Partager cet article

Repost 1
Published by webmaster - dans Bruxelles ville
commenter cet article

commentaires

Recherche Par Nom Des Salles

L'association 7Artla

Recherche Par Commune