4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 18:18

Du cinéma d’origine, il ne reste actuellement que l’auvent et la large entrée. Le cinéma Select Pathé a ouvert ses portes en 1911. Résultat de la réunion de deux maisons de l'avenue de la Toison d'Or (4 et 5) et de deux maisons de la rue de Stassart (9 et 11) transformées en une salle de cinéma par l'architecte Hamesse. Après la guerre il porte le nom de CINEMA SELECT. En 1930, l’architecte Michel Polak effectue des transformations intérieures et modifie la façade. La salle est alors connue sous le nom de SELECT AGORA. Il ne subsiste plus qu’un seul balcon. Il est intéressant de noter que le 1er. balcon de la salle du précédent SELECT PATHE devient le parterre du nouveau cinéma. La salle est haute de 10 mètres. En 1935, il change de nom. La façade est nettement plus carrée et austère de type art déco avec un imposant auvent surmonté des lettres : ACTUAL. L’entrée de type publicitaire impose un globe terrestre lumineux sous l’auvent. L’ACTUAL est un des premiers cinémas d’actualités de la ville. Le programme est exclusivement orienté vers « Les Échos du Monde ». La projection était alors continue grâce à l’automatisation du projecteur.

« Pour le prix d’un billet, le spectateur vivait l’histoire quotidienne de l’humanité. C’était avant la naissance du petit écran » noux explique D. Couvreur dans le journal Le Soir en 1992.

En 1940, il prend enfin sa dénomination définitive: AVENUE. Le film de Robert Stevenson : Les Mines du Roi Salomon y a été présenté pendant de nombreuses semaines. Steward granger dans le rôle d’Allan Quatermain au bras de Deborah Kerr…Quel souvenir !

Dans les années ’50, 2 salles sont créées : le Studio(1953) et le Club(1956) sous l’impulsion de l’exploitant H. Fol (VENDOME). C’est une révolution car c’est ici qu’est né le premier complexe cinématographique au monde, 2 salles sont regroupées sont un même toit !

En 1992, le propriétaire ne veut plus renouveler le bail et souhaite vendre l’immeuble.

Quelques années plus tard, le lieu sera complètement transformé mais toujours voué à l’image. C’est un Cyber café de grande taille qui y verra le jour. Mais la technologie galopante aura vite raison et le lieu sera voué au commerce quelques années plus tard.

Adresse : avenue de la Toison d'Or n°4 à 1050 Ixelles

Date d’ouverture : 1911

Date de fermeture : 1992


Cette création par 7ARTLA asbl est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 Belgique.

SELECT PATHE - ACTUAL - AVENUESELECT PATHE - ACTUAL - AVENUESELECT PATHE - ACTUAL - AVENUE

Partager cet article

26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 19:46

Le cinéma porno du boulevard A;Max en faillite depuis quelque temps vient de trouver, peut être, une nouvelle vie !

Surfez sur les liens qui suivent.

Partager cet article

7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 18:13

La taverne « Square Inn » a été aménagée dans ce qui fut le cinéma LE LOUVRE.

Les plans de construction du LOUVRE datent de 1956 et sont l'œuvre de l'architecte Guillaume Rousseau.

Dès le début, la volonté du maître de l'ouvrage a été de pouvoir éventuellement reconvertir facilement le cinéma en toute autre activité commerciale : il a notamment exigé les modifications des projets d'escaliers de balcon sur les côtés au lieu d'au milieu ainsi que l'encastrement de la caisse au lieu de simplement sur le côté.

L’ouverture de la salle se fera en 1957. Il fermera ses portes en 1965 condamné par l’arrivée de la TV et le déclin des cinémas de quartier sur l’autel de la rentabilité.

Par la suite, le batiment subira des transformations successives et variées. Il sera exploité par une concession automobile comme garage jusqu'en 1986. Ensuite, il se transforme en taverne et le « Square Inn » l’occupe toujours actuellement.

Exploité depuis le début par son propriétaire, M. Alexandre Van de Mert (1917-2011), ensuite par Les Cinés de St Josse (MIRANO et MARIGNAN...) dans les toutes dernières années entre 1959 et 1965 (bail commercial).
LE LOUVRE de M. Van de Mert était lié par des accords de programmation avec la société les Cinés de Saint-Josse de M. Van Vlasselaer.
Pour l’anecdote, un coursier a dû partager successivement et rapidement, entre les salles de cinéma de la chaussée de Louvain qui le passaient en même temps, des bobines d'un film faisant recettes dont n'était disponible qu'une copie!

Adresse : chausée de louvain 660 à 1210 St Josse ten Noode

Date d’ouverture : 1957

Date de fermeture : 1965


Cette création par 7ARTLA asbl est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 Belgique.

Merci à Monsieur VAN DER MERTMerci à Monsieur VAN DER MERT

Merci à Monsieur VAN DER MERT

Partager cet article

7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 18:09

La façade monumentale est construite sur cinq niveaux de hauteur inégale, sous une toiture plate. La structure du bâtiment est en béton armé. La façade se compose d’un auvent couvrant un large vestibule. La partie supérieure est composée de bandes de carrelages qui soulignent les étages supérieurs et de fenêtres en alternance.

A l'origine, le parement de briques était de couleur jaune émaillé. Actuellement on peut voir ce parement aux deux niveaux supérieurs, les trois autres étant cachés par une enseigne lumineuse. L’actuelle enseigne cache une élégante succession de fenêtres qui donnaient toute son ampleur à la façade.

La partie supérieur du bâtiment recouverte de carrelage et en forme de proue de bateau demeure un très bel exemple d’architecture publicitaire de la fin des années ‘30.

L’érection d’un cinéma à 2 pas de la place St Josse répondait, à l’époque, à un souhait de revitalisation du centre de la commune.

En juin 1978, un violent incendie détruit complètement l’ancien cinéma qui était utilisé à l’époque comme magasin et dépôt d’électro-ménager. Seuls la façade et les murs entourant l’immeuble restèrent debout. Il fut transformé en galerie commerçante en 1978.

Aujourd’hui, le rez-de-chaussée est utilisé comme papeterie, les autres étages sont inoccupés.

C’est en février 1939 que s’ouvre le CENTURY.

Le cinéma est construit dans un style moderniste.

C’est l’architecte attitré des « Cinés de St Josse », René Ajoux, qui est chargé de dessiner les plans. Il recherchera, dans sa conception, "une harmonie de tons à la fois lumineux et discrets".

À l'origine, la salle de cinéma est en forme de rectangle avec encore une capacité de 1.200 spectateurs en 1955, réduite à 1.030 en 1967.

Ce fut sa troisième salle après le MIRANO, ouvert en 1934 et le SAVOY, en 1936, anciennement dénommé cinéma DAILLY. Le programme de l’inauguration présente le film Les lumières de Paris avec Tino Rossi en vedette suivi de Blanche neige et les 7 nains de W. Disney.

La programmation de films en première vision présentera en 1949, Le troisième Homme, en 1957 Le Pont De La Rivière Kwai ou encore Le Gendarme De Saint Tropez en 1964.

Il fermera ses portes en 1976.

Adresse : chausée de louvain 160 à 1210 St Josse ten Noode

Date d’ouverture : 1939

Date de fermeture : 1976


Cette création par 7ARTLA asbl est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 Belgique.

photos tirées de la revue BATIRphotos tirées de la revue BATIR

photos tirées de la revue BATIR

Partager cet article

10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 18:02

La façade dans la rue de l’Ecuyer (n°34 à côté de la droguerie) est le seul vestige de l’exploitation cinématographique des années 1920. Cette entrée cochère dans une façade néo-classique date de 1921. Elle est surmontée d’une enseigne étroite avec le nom de la salle de l’époque. Cette entrée est en réalité une sortie de secours de la salle initiale. Il faut noter que l’entrée principale se faisait par la rue Léopold.

Depuis 1913, une salle de spectacle existait aux étages des numéros 7 à 15. Le propriétaire de l'époque, Mme Smedt, avait promis au bourgmestre de ne jamais y donner de représentation de cinéma. Pourtant, en 1920, l'architecte Jean De Ligne transforma le lieu de concert en une petite salle obscure de 650 places avec 2 balcons. Le CINEMA DE LA MONNAIE était né. En 1939, il changea son nom en STUDIO ETOILE, puis en CINEMA DE L ECUYER en juillet ‘53, avant de fermer ses portes à la fin des années 60. C’est le célèbre 101 Dalmatiens de W. Disney qui y fit la clôture.

Dans les années ’50, la salle fait partie de l’empire Pathé, sous le nom de PATHE ECUYER, qui a regroupé jusqu’à 7 salles : la PATHE MARIVAUX, le PATHE EMPIRE, la PATHE AVENTURE, le PATHE IXELLES, le PATHE PALACE et le PATHE CAPITOLE. Toutes ces salles projetaient évidemment les films de la société française et en exclusivité. Par après, il sera géré par les frères Putzeys qui exploitaient plusieurs salles d’art et d’essai.

Le directeur de l'Opéra national, Maurice Huysmans, transforma ensuite le cinéma en salle de musique de chambre, sans défigurer son architecture intérieure. Notons qu’en 1969, la comédie musicale de J. Brel L’Homme de la Mancha y fut présentée. Sous Gérard Mortier, l'endroit fut converti en salle de répétition des chœurs, avant que la société immobilière Pierre Ier ne mette fin au contrat de location en 1991. Ce n’est que quelques années plus tard (2003) que la Ville octroiera le permis de bâtir pour la construction du vaste ensemble immobilier actuel qui comprend des logements et des bureaux.

Adresse : rue de l'Ecuyer n°30 - 1000 Bruxelles

Date d’ouverture : 1920

Date de fermeture : 1960


Cette création par 7ARTLA asbl est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 Belgique.

photos tirées des revues BATIR et TECHNIQUES DES TRAVAUXphotos tirées des revues BATIR et TECHNIQUES DES TRAVAUXphotos tirées des revues BATIR et TECHNIQUES DES TRAVAUXphotos tirées des revues BATIR et TECHNIQUES DES TRAVAUXphotos tirées des revues BATIR et TECHNIQUES DES TRAVAUX

photos tirées des revues BATIR et TECHNIQUES DES TRAVAUX

Partager cet article

1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 19:24
Bonne Année 2014

Toute l'équipe de 7ARTLA vous présente ses meilleurs vœux pour l'année 2014.

Cette année, nous fêterons nos 20 ans et nous vous réservons une surprise pour célèbrer dignement cet anniversaire.

Bonne Année 2014

Partager cet article

webmaster
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 12:58
Visite du chantier du PALACE

A l'occasion des 100 ans de la salle du Pathé Palace, l'équipe du chantier et l'architecte nous avait donné rendez-vous pour une visite du chantier. Difficile de se faire une idée de l'ensemble du complexe mais on voit déjà les volumes apparaitre.

PS: Merci à Raymond pour l'invit !

le chantier: la future grande salle du Palace réalisée dans le balcon de la grande salle d'origine et le "trou" actuel qui donne sur le côté Van Praetle chantier: la future grande salle du Palace réalisée dans le balcon de la grande salle d'origine et le "trou" actuel qui donne sur le côté Van Praetle chantier: la future grande salle du Palace réalisée dans le balcon de la grande salle d'origine et le "trou" actuel qui donne sur le côté Van Praet

le chantier: la future grande salle du Palace réalisée dans le balcon de la grande salle d'origine et le "trou" actuel qui donne sur le côté Van Praet

Partager cet article

6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 17:41

Le CINEMA DES GALERIES, exploité par les frères Putzeis, a ouvert ses portes en 1939. Cette salle, très différentes des autres salles de l’époque, croise le chemin de la modernité (l’aménagement intérieur, de l’équipement technique et du conditionnement d’air) et se place à la croisée du modernisme et de l’art-déco. Elle constitue un ensemble artistique de tout premier ordre.

Tout est mesuré et accueillant. L’architecte s’est inspiré de l’ambiance méditerranéenne pour réaliser son œuvre. On y retrouve l’influence romane dans les courbes du cadre d’écran qui rappel un arc triomphal ainsi que dans les rampes et les alcôves. A l’origine, le sous sol, fortement bétonné pouvait servir d’abris en cas de guerre.

L’ouverture a donné lieu à un gala très réussi avec la projection du film Premier Amour de Deana Durbin.

A l’époque la salle accueillait 600 places en 1 balcon. Plus tard, elle sera divisée en

deux salles (211 et 216 places). Notons que pendant de longues années, la salle fut au centre du groupe de cinéma : AVENTURE, CAPITOLE, ECUYER et BEAUX ARTS.

En 1987, elles seront reprises par le distributeur Cinélibre, exploitant à l’époque de l’ARENBERG voisin (le NOVA actuel). Il se dénommera alors ARENBERG-GALERIE.

La totalité du cinéma est classée en 1993. Le cinéma proposa alors une programmation d’art et d’essai éclairé. Son but était d’ouvrir le public à des œuvres différentes qui en valent le coup. Pari difficile mais il a gardé le cap durant de nombreuses années.

Suite à des retards de paiement de loyer, les exploitants (asbl CINEDIT) annoncent qu'ils ne vont pas pouvoir renouveler leur bail.

Fin 2011 les trois salles de l'ARENBERG fermeront leurs portes. Le temps de réaliser les aménagements nécessaires: un nouveau projet cinématographique verra le jour en février 2012: GALERIES.

Les aménagements (600.000 euros) s'articulent autour des trois lieux: le Cinéma des Galeries, Galerie expo et Galeries-Store.

Adresse : Galerie de la Reine 26 - 1000 bruxelles

Date d’ouverture : 1939

Date de fermeture : en activité


Cette création par 7ARTLA asbl est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 Belgique.

photo et plan tirés des revue RYTHME et TECHNIQUES DES TRAVAUXphoto et plan tirés des revue RYTHME et TECHNIQUES DES TRAVAUXphoto et plan tirés des revue RYTHME et TECHNIQUES DES TRAVAUXphoto et plan tirés des revue RYTHME et TECHNIQUES DES TRAVAUXphoto et plan tirés des revue RYTHME et TECHNIQUES DES TRAVAUXphoto et plan tirés des revue RYTHME et TECHNIQUES DES TRAVAUX

photo et plan tirés des revue RYTHME et TECHNIQUES DES TRAVAUX

Reportage de TV BRUSSEL sur l'ouverture du cinéma GALERIES en 2012

Partager cet article

17 novembre 2013 7 17 /11 /novembre /2013 17:21

La CINEMATEK fête cette année ses 75 ans. Pour cette occasion, nous avons visité le dépôt de la rue Gray à Ixelles.

Après avoir traversé l'entrepôt où sont conservées les copies des films recueillis par la Cinématek, nous avons pu découvrir les ateliers de conservation des copies. Ensuite, pour son travail de numérisation et de restauration, un scan géant numérise les copies et les opérateurs restaurent image après image les copies. Un travail de fourmis mais passionnant ! Grâce à eux, les générations à venir pourront encore s'émerveiller en regardant les grands classiques...

Merci à toute cette fabuleuse et chaleureuse équipe !

Le lien ci-dessous vous donnera plus détails sur le travail de la CINEMATEK.

Le dépôt des copies, l'atelier de conservation, le scan géant, les tables de restauration numériques et enfin le "frigo" pour conserver les master des films uniquesLe dépôt des copies, l'atelier de conservation, le scan géant, les tables de restauration numériques et enfin le "frigo" pour conserver les master des films uniquesLe dépôt des copies, l'atelier de conservation, le scan géant, les tables de restauration numériques et enfin le "frigo" pour conserver les master des films uniquesLe dépôt des copies, l'atelier de conservation, le scan géant, les tables de restauration numériques et enfin le "frigo" pour conserver les master des films uniquesLe dépôt des copies, l'atelier de conservation, le scan géant, les tables de restauration numériques et enfin le "frigo" pour conserver les master des films uniquesLe dépôt des copies, l'atelier de conservation, le scan géant, les tables de restauration numériques et enfin le "frigo" pour conserver les master des films uniquesLe dépôt des copies, l'atelier de conservation, le scan géant, les tables de restauration numériques et enfin le "frigo" pour conserver les master des films uniques

Le dépôt des copies, l'atelier de conservation, le scan géant, les tables de restauration numériques et enfin le "frigo" pour conserver les master des films uniques

Partager cet article

8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 17:32

Le Monnaie-Building est un immeuble d'appartements construit sur le plan des architectes M. Chabot et E. Cosyns daté de 1957. Ici se trouvait l'ancien hôtel d'Hoogvorst datant de 1725 .

La salle (480 places) fait partie d’un nouvel immeuble de conception moderne pour l’époque : le Monnaie Building. L’entrée du cinéma se situait au fond du patio couvert. Il comportait une batterie de portes vitrées avec une caisse.

En 1955, Henry Fol exploitant de renom dans le haut de la ville décide d’ouvrir sa première salle dans le bas de la ville. La société « Cinéma des 2 Portes » regroupait l’AVENUE, le VENDOME et le STUDIO.

A l’époque la salle est dotée de tout le perfectionnement qui répondait aux exigences de l’époque. Par exemple, les sièges de la salle sont dotés d’un système qui permet aux mal entendant d’écouter dans les meilleures conditions de confiance.

Le PICCADILLY rend hommage au célèbre quartier londonien qui figure comme le centre de Londres et le centre du monde à l’époque.

Sous l’impulsion de l’exploitant le PICCADILLY faisait partie du groupe RANK, une chaine de cinéma de l’époque. La salle contient 519 places réparties sur un parterre et un balcon. L’inauguration à lieu le 25/10/1957. Il devient un duplex le 16 octobre 1970. La seconde salle s'appelait le MAYFAIR.

Fermeture en 1982 et sera transformé en magasin de tissus.

Pour l’histoire, c’est depuis la cour de son Palais que le Général d’Hoogvoorst est parti, à la tête de la garde bourgeoise, qui devait conduire aux glorieuses journées de septembre et à la Révolution qui mena à l’indépendance de notre pays.

Adresse : rue Fossés aux loups 28 - 1000 Bruxelles

Date d’ouverture : 1957

Date de fermeture : 1982


Cette création par 7ARTLA asbl est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 Belgique.

Le PiccadillyLe PiccadillyLe Piccadilly

Partager cet article

Ce site est aussi le vôtre !

Construisez le avec nous !

Vous avez une histoire, une anecdote, un souvenir sur une salle de cinéma alors envoyez nous un mail et en ferons profiter les passionnés...

7artla@gmail.com

Recherche Par Nom Des Salles

Recherche Par Commune

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog